montage-glauque-halloween_v2

Chez CityCrunch on aime bien ce moment si particulier de l’année où tu te lances à corps perdu dans la sculpture sur Citrouille, où tu enrubannes tout ton studio de fausse toile d’araignée et où tu passes trois plombs sur le net en quête d’un tuto maquillage bien gore … mais ce qu’on aime encore plus à Halloween, ce sont les histoires qui font peur.

Du coup, après une première sélection d’histoires glauques et flippantes à Montpellier et aux alentours, on a décidé de remettre le couvert : nos chroniqueuses Crystal et Zigoute ont sélectionné pour vous 10 histoires macabres, rumeurs d’outre-tombe et autres légendes lugubres  – une chose est sûre : vous allez pouvoir faire flipper tous vos amis ce soir.

Enfin, si vous avez toujours envie de sortir après ça …

Merveilles et horreurs du conservatoire d’anatomie

Constituée de dons et d’acquisitions, représentant ainsi un outil pédagogique extraordinaire pour les étudiants, la salle d’anatomie de la faculté de médecine recèle un univers à la fois intéressant et angoissant : têtes coupées, fœtus bizarres, maladies de peau repoussantes, etc. Ambiance glauque, salle insolite, on n’en ressort pas indifférent … Pour compléter ce joli portrait : sais-tu que des rumeurs courent sur ce lieu ? Le musée conserverait la peau tannée d’un dangereux malfrat qui traînait à l’époque aux alentours de Montpellier. Simple légende ou fait réel ? On te laisse le vérifier par toi-même.

Saint Roch et le Choléra

Tu as sûrement déjà traîné vers Saint Roch – ce quartier festif regorge de jolies petites boutiques, de bars sympas et de bons coins où grignoter – et remarqué l’imposante église Saint-Roch qui s’y trouve. Mais sais-tu ce qui d’après la rumeur a motivé sa construction ? Le choléra. Au 19ème siècle cette affreuse maladie n’épargne pas Montpellier et on aurait alors construit un édifice en hommage à Saint Roch, Saint guérisseur vénéré pour ses guérisons miraculeuses, afin de protéger la ville et ses habitants de ce fléau.

Hélas la rumeur ne dit pas si ça fonctionné …

Tombeau secret au Jardin des Plantes

Durant une nuit de 1736, il semblerait que le célèbre poète anglais Edward Young cache secrètement le cadavre de sa fille au jardin des Plantes, victime malheureuse de la tuberculose. Etant anglican (personne appartenant à l’église officielle d’Angleterre), elle ne peut être enterrée dans un cimetière de Montpellier. Juste avant la Révolution, des ossements sont déterrés et semblent appartenir à une jeune fille de 15 à 16 ans. La fille de Edward Y. ? En allant au jardin, vous pourrez lire sur une des plaques accrochées au mur : « J’ai furtivement dérobé un tombeau pour ma fille. Mes mains l’y ont placée à la hâte au milieu de la nuit enveloppée de ténèbres » – Edward Young.ages

La secte et la maison maudite

Entre 1719 et 1723, il se passe de drôles de choses au n°5 de l’actuelle rue des Multipliants. Parlant un langage codé, des gens s’adonnent à d’inquiétantes cérémonies fanatiques impliquant entre autres un mage, une chambre mystique et des objets comme des bouteilles d’eau de vie, un vase, des cannes de roseaux, une bible … Difficile de savoir ce que faisaient vraiment les membre de la secte dit « des Multipliants » là-dedans.

Elle a été dissoute en 1723 et ses membres ont tous connu un sort funeste : les hommes ont été pendus ou envoyés sur les galères du rois et les femmes enfermées à vie à la Tour de Constance. Quant à la maison où avait lieu ces étranges rituels, elle fût illico rasée. On a même interdit toute reconstruction sur son emplacement comme si l’endroit était maudit à jamais.

Tour de Constance, l’ancienne prison habitée

En 1242, la tour Constance est érigée par Louix IX à Aigues-Mortes et devient une prison célèbre. En effet, elle devient le foyer du neveu de Saint Louis et d’autres personnages renommés. A l’époque, elle fait l’objet de drames tragiques. On dit que le malheur engendre le malheur : son créateur, qui a causé la mort de plusieurs personnes, est mort du typhus. Si ça t’intéresse, tu peux aller visiter la tour. D’ailleurs, avec un peu de chance (ou pas) tu entendras peut-être de sourdes clameurs à la tombée de la nuit … ce sont les voix de ceux qui furent enfermés jusqu’à leur mort pour avoir osé s’exprimer.

Accident de tramway à Albert 1er

Ça ne fait que quelques mois que le tramway passe le long du Boulevard Henri VI, reliant ainsi la place d’Albert 1er au Peyrou … enfin, c’est ce que tout le monde croit. En fait au 19ème il y avait déjà un tramway à Montpellier qui passait justement par là. Et puis il y a eu ce terrible jour d’hiver 43 …

16 décembre 1943 : le petit tramway, bondé, entame sa descente vers la place Albert 1er. Il est 09h et quelques du matin. L’engin file le long du boulevard, il va vite sur les rails humides. De plus en plus vite. Trop vite. Impossible de ralentir sa cadence – les freins ont lâché ! Il s’écrase de plein fouet sur la place Albert 1er, emportant avec lui la vie de 7 innocents et blessant 23 personnes. Penses y la prochaine fois que tu descendras le Boulevard dans ton tramway doré.

Maison hantée, maison qui frappe

A Vailhauquès se trouve la plus célèbre maison hantée de France. Une nuit en novembre 1987, Mme B. entend des bruits sourds dans sa maison. Pensant que ce n’est rien, elle préfère ne pas en parler. Pourtant, les bruits persistent et s’intensifient, jusqu’au point où les habitants les entendent à leur tour. Il est impossible de localiser la source du bruit. Gendarmes, géologues, parapsychologues, exorcistes, plusieurs spécialistes défilent dans la demeure et personne ne réussit à résoudre le mystère. 5 mois après, les bruits cessent d’un coup. La cause probable ? L’assèchement naturel des nappes phréatiques. Sauf si tu crois au paranormal bien sûr.

La cité sous l’étang

Plusieurs pêcheurs du coin disent l’avoir aperçu … Et tous en sont restés sur le c**. Par beau temps, on verrait le clocher d’une vieille d’église émerger des eaux bleues de l’étang de Thau. Et quand la brume se lève, on entendrait même ses cloches tintinnabuler. Mais d’où sort cette église noyée ? La légende dit qu’il y aurait en fait toute une cité piégée dans les profondeurs de l’étang, engloutie il y a bien longtemps, et dont seul le clocher de l’église serait parfois visible. Certains plongeurs en auraient même aperçu les vestiges !

Qu’est il arrivé à cette cité ? Éruption volcanique, séisme violent, tsunami ? Le mystère reste entier.

Un cadavre sous les rails du tram

Ce pauvre baron Fabre semble être enseveli sous les rails du tram ! Peintre français né à Montpellier, il est le fondateur du musée Fabre. À sa mort, son corps est enterré dans l’ancien cimetière des riches. En 1892, le cimetière laisse place à une clinique ophtalmologique. Bien évidemment, les cadavres sont enlevés. Tous, sauf un … celui de Fabre qui n’a pas de descendant pour réclamer la dépouille. Dans les années 2000, une partie de la ligne 1 du tram a été construit à l’emplacement de cette clinique.

Si ce n’est pas encore le cas, peut-être auras-tu à tes côtés dans le tram l’occupant non-réclamé, qui sait ? Pense à rester courtois.

Torture à la villa des Rosiers

Dans le quartier des Beaux-Arts se trouvait autrefois une jolie villa qui répondait au joli nom de « Villa des Rosiers ». Ce qu’on y faisait en revanche était loin d’être joli. Car de novembre 1942 à juillet 1944, en pleine seconde guerre mondiale, la Villa des Rosiers n’est autre que le siège de la Gestapo à Montpellier. Un lieu de torture où des centaines de résistants ont été « interrogés » pendant de longues heures et détenus dans des conditions effroyables.

Elle n’existe plus à ce jour mais il paraitrait que certains soirs on entendrait des cris résonner dans l’avenue.

 

 

On espère que cette sélection t’a filé une bonne dose de sueur froide !

Et si tu connais une histoire flippante / une légende cheloue qu’on a pas mentionné ici, n’hésite pas à en parler 😉

 


Pour aller plus loin

Nos chroniqueuses Crystal et Zigoute n’ont évidemment pas pondu les histoires qui figurent dans ce billet un brin macabre, non non non. Elles vous ont déniché ces perles en fouinant sur le net et en arpentant les bibliothèques ; voici les principales sources qu’elles ont utilisées.

📖 Livres et guides :

– « Passant, souviens toi ! Montpellier : lieux de mémoire 1940 – 1945« , F.Nicoladzé / AFMD Hérault, Presses du Languedoc, 1999

– « Montpellier en 100 dates« , R.Boangiu, ED. Sutton, 2013

– « Montpellier – Itinéraires insolites« , Les Carnets de Midi Libre, ED. Romain Pages, 2004

– « Guide Secret de Montpellier et de ses alentours« , Myriem Lahidely, 2012

🖥 Sources en ligne :

« La secte contre le prophétisme : les multipliants de Montpellier (1719 – 1723)« , D.Vidal, 1982

« La cité engloutie dans l’Étang de Thau », La Gazette de Sète, n°juillet / août 2012

« Ligne 4 : le centre – ville est bouclé ! » La Gazette de Montpellier (version web), juin 2014

« Montpellier: Trois anecdotes historiques à peine croyables sur la capitale héraultaise », 20 Minutes, mai 2015

« La maison « hantée » de Vailhauquès », Cercle Zététique du Languedoc-Roussillon, 1999.