C’est la semaine des lecteurs sur CityCrunch ! Aujourd’hui Anaïs nous parle d’un chouette petit restaurant proche de la Canourgue 😉 

J’imagine que comme moi, chers lecteurs de CityCrunch, vous avez éprouvé un petit pincement au coeur en apprenant ou en découvrant au détour d’une balade la fermeture de la Kitchenette, ce micro-restaurant proche de la place de la Canourgue … ;'(

En effet, il a cédé sa place début septembre à un nouveau restaurant nommé Anga, avec un rond sur le A, car vous avez bien deviné qu’il y avait là une consonance étrange ; « anga » signifie « vapeur » en suédois. Et pour cause, c’est un des piliers de la cuisine de cette nouvelle enseigne.

Allez j’y vais !

À force de passer et repasser devant, de voir un des chefs s’affairer au petit matin sur son plan de travail, vitrine ouverte (je vous passe le descriptif de l’odeur qui se dégageait de là), je me suis décidée à passer la porte et goûter à leur cuisine. Il faut dire que quand on me prend par ce genre de sentiments, je suis facile à convaincre.

À peine entrée,  je suis séduite par la nouvelle ambiance.

salle

La vitrine acier largement transparente donne l’impression de se projeter vers le dehors, la décoration des anciens murs en pierre est sobre, les matériaux bruts et le bois dégagent une simplicité chaleureuse. La cuisine a été complètement ouverte sur la petite salle pour que les chefs, Arthur et Cyril, travaillent quasiment au contact des clients. On peut même s’asseoir au comptoir si on le souhaite !

Quant à moi, je prend place à la grande table « commune » avec mes amis, auprès d’autres clients. On nous accueille avec le sourire, le ton est très convivial.

Sur la carte

Surprise, la carte est complétée à la main ! La carte change au moins une fois par semaine. Arthur et Cyril m’expliquent qu’ils sont en relation avec des producteurs locaux pour s’approvisionner au fil des saisons et de l’offre, afin d’avoir des produits de qualité très frais. Ils utilisent pour la cuisson de certains produits un four spécial, à vapeur haute pression, qui a inspiré le nom du restaurant (si vous avez bien suivi).

carte semaine dernière

Le menu du soir (entrée -plat-dessert) coûte 26 euros, ce qui est quand même abordable. Je fais mon choix entre les 2 propositions pour chaque plat tout en grignotant un morceau de pain tartiné au beurre parfumé déposé sur la table pour patienter. Miam, ça promet pour la suite.

A table !

L’entrée est un surf and turf, un tartare de boeuf et huître avec une garniture aromatique d’herbes, de fleurs, et de légumes crus très fins.La portion est juste à la bonne taille, le goût est sublime, les saveurs explosent en bouche.

tartare boeuf huitre

Je remarque que même les assiettes sont sur mesure, de petits ouvrages en céramique estampillés Anga. Ces deux-là ne négligent vraiment aucun détail !

Capture d’écran (218)

Le plat ensuite, un filet de daurade aux légumes, est également très savoureux avec une sauce réduite goûteuse et une cuisson parfaite. Les produits sont très bien mis en valeur par les assaisonnements. Au passage, le vin que nous avons choisi est très bon.

Le dessert finit le repas comme il a commencé : une déclinaison chocolat-orange, crémeuse et craquante, donne la petite touche sucrée qui fallait. Après avoir discuté avec Arthur et Cyril au comptoir sur leur cuisine et les avoir remerciés, nous les laissons finir leur service avec une seule envie, celle de revenir très rapidement goûter leurs prochaines inspirations.

Verdict

En bref, Anga est LA nouvelle adresse à découvrir dans le centre historique de Montpellier pour les amateurs de produits frais et cuisinés avec beaucoup de goût et de savoir-faire. C’est un gros coup de coeur, tant pour la pause de midi entre collègues que pour le vendredi soir entre amis ou en couple. Vu la taille du restaurant, il va bientôt falloir se disputer pour réserver…

avis-coup-de-coeur

tarifs-raisonnable

ambiance-decontracte

 

 

 

 


Restaurant Anga