Après une visite plus ou moins ratée du Zoo de Montpellier, on continue notre trip animalier en direction, cette fois-ci, des fonds marins.

Cela faisait un moment que je voulais faire un tour à Mare Nostrum. Ouvert en grande pompe en 2007, l’aquarium se targe d’être le 2ème site payant le plus visité du Languedoc (Petit prétentieux va !), je n’avais jamais pris le temps d’aller voir nos amis requins derrière une grosse vitre. En fait j’avais très peur d’être déçu. Pour avoir visité des aquariums fabuleux comme celui de Sydney ou le Sea World de San Diego, j’avais le sentiment que celui de Montpellier allait faire très « aquarium de province ».

Et puis je me suis dit que ce n’était pas malin de faire des comparaisons et que c’était quand même l’occasion de voir de jolis poissons exotiques. J’ai donc décidé d’aller juger sur place et me suis rendu à Odysseum (en plus il faisait moche et je n’avais plus de connexion Internet ce jour là…).

Arrivé sur place, il  y a la queue. C’est pas grave, on est là pour ce détendre et on va éviter de s’énerver sur le fait qu’il n’y a qu’une caisse d’ouverte un mercredi après-midi (Bordel!). C’est enfin mon tour. L’employé m’annonce le prix : 15€50. Stupéfaction ! C’est extrêmement cher. Hésitation. Est-ce que ça vaut le coup (et le coût) de claquer autant pour voir des méduses, des requins et des poissons clowns ? En haut de la banque d’accueil un texte annonce 30 000 animaux. Bon c’est vrai que c’est pas cher du kilo de poisson finalement. Allez hop, je paye mon entrée !

J’entame la visite en passant une sorte de sas de décompression qui me plonge directement dans l’ambiance. Des méduses hypnotiques sont là pour m’accueillir.

Je continue vers le premier espace dédié à la Méditerranée. L’ensemble est plutôt bien présenté et même si les décors possèdent un petit coté disneyland, on se croirait presque en immersion.

Après la mer, l’océan, les bassins s’agrandissent, les poissons aussi. Les décors font pensé à un sous-marin. En bout de parcours on se retrouve carrément projeté en pleine tempête, dans une zone simulant avec réalité la cabine de commandement d’un navire. Ca tangue pas mal (burps!).

La zone suivante provoque un petit frisson sur mes épaules, on se croirait dans le coeur d’un iceberg. Cet ambiance permet d’introduire l’espace des manchots. Je passe plusieurs minutes à regarder ces drôles d’oiseaux au milieu d’enfants surexcités.

On descend, l’ambiance change encore : ce sont les bas fonds qui sont ici mis à l’honneur. Poissons bizarres, étranges créatures marines nous accueillent dans un décor digne de 20 000 lieues sous les mers.

Enfin arrive le clou du spectacle : le grand bassin. Divers requins nagent paisiblement au milieu de banc de poissons tout aussi tranquilles. Il règne une grande sérénité devant ce spectacle tant à cause du ballet des poissons que du silence des visiteurs bouches bées.

L’apogée de la visite ne marque pas pour autant sa fin, l’extension propose une zone tropicale avec des poissons des mers du sud. Ambiance cocotiers et  jungle et poissons multicolores concluent parfaitement cette visite bouclée en moins d’une heure.

Au final, un aquarium plutôt bien foutu notamment grâce à une scénographie particulièrement réussie.

Seul problème : son prix !

Avec ces 3 000 m3 d’eau, l’aquarium de Montpellier est un des plus petits de France, mais avec ces 15,50€ l’entrée c’est pourtant l’un des plus chers. Je n’ose même pas imaginer les cris de souffrances du porte-monnaie des familles nombreuses au moment de passer à la caisse.

En comparaison le Seaquarium du Grau du Roi, deux fois plus grand et proposant en plus une zone avec des tortues, une autre avec des phoques et un tunnel à requins ne coûte que 11,90€.

C’est vraiment dommage, car pour un aquarium de cette taille, celui de Montpellier est vraiment génial. Hélas, l’impression qu’on est passé à travers une machine à cash est un peu trop forte pour donner envie de revenir.